Dans quelle main ?

Poing, Coup, Violence, Main, Frapper

 NOUVEAU SITE WEB : http://dojodusavoir.fr/

Observer est une composante importante, si elle permet de déceler des comportements subtiles elle est aussi pratique dans des exemples plus concret. Dans cet article nous nous intéresserons à comment déceler dans quelle main une personne cache un objet. En effet, pour départager des joueurs ou pour « gagner » l’initiative d’une épreuve, il nous arrive d’être confronté à ce choix où la personne cache un objet, une pièce le plus souvent, dans l’une de ses mains.

Cette situation aux airs impartials, donne 50% de chance d’avoir juste, ou bien de se tromper.
En réalité, il est possible de déterminer « facilement » dans quelle main se trouve la pièce grâce aux 7 astuces que voici :

Astuce n°1 : Lorsque la personne a fait son choix, le plus souvent derrière son dos à l’abri des regards, elle vient tendre ses deux bras vers vous poings fermés. Cette étape est celle sur laquelle il vous faudra le plus porter votre attention, non pas sur les bras en eux même mais sur l’inclinaison de son visage et plus particulièrement l’axe de son nez, qui pointera légèrement en direction de la main qui contient la pièce.

Astuce n°2 : Si vous n’avez pas eu le temps d’observer ou si l’inclinaison de la tête n’est pas assez marquée pour en déduire où se trouve la pièce, observez alors le niveau des deux poings fermés, en effet, souvent la main contenant la pièce se retrouvera légèrement en retrait de celle vide. Il s’agit d’un geste inconscient qui tente de masquer ce que l’on veut garder secret.

Attention le décalage doit être léger, de l’ordre de l’inconscient. Si la personne remarque votre regard porté sur ses poings elle prendra conscience de ce que vous essayez de déceler, alors il y a de fortes chances qu’elle réagisse à l’inverse, à savoir tendre plus vers vous la main contenant la pièce. Le décalage observé sera alors bien plus marqué qu’un acte inconscient.
=>    Ces deux premières astuces sont les plus essentielles et suffirait presque à elles seules à déterminer dans quelle main se trouve la pièce.

Astuce n°3 : Par le même principe de trahison du langage, vous pouvez utiliser un autre stratagème s’il vous l’est accordé, et dans le cas où la personne ne laisserait transparaître aucun signe : à savoir qu’elle garderait la tête bien centrée, et les poings au même niveau. Cette situation est nécessairement possible, bien qu’elle soit rare !

Demandez alors à la personne de croiser les bras. Cela réinitialise d’une part le geste, où vous pourrez de nouveau apprécier une éventuelle inclinaison de l’axe du nez, mais aussi, la majeure partie du temps, puisque la personne entreprend une action consciente, elle va avoir tendance à placer la main contenant la pire au-dessus, pensant vous duper plus facilement et pour compenser la culpabilité de sa main en l’exposant directement à vos yeux.

Astuce n°4 : S’il ne vous est pas accordé de demander à la personne de croiser ses bras, voici une autre astuce. Celle-ci ne requiert pas d’observation comme nous avions l’habitude jusqu’à présent, mais bien de déduction et d’anticipation. Un point important, qui va aussi pouvoir venir appuyer votre choix dans le cas d’un doute. En effet, par réflexe, les gens ont tendance à mettre au premier coup la pièce dans la main avec laquelle ils écrivent.

Pourquoi ?
Celui qui cache la pièce a comme qui dirait « la main », c’est à dire que c’est à lui qu’incombe de la cacher. Même si en soi il ne dispose que de 2choix possible, ses mécanismes de pensées vont passer par une phase de réflexion, qui vont lui donner la sensation d’être responsable de bien cacher la pièce. Alors nécessairement c’est avec leur main dominante qu’ils auront cette sensation de maîtriser leur choix, c’est avec cette main là qu’ils pourront assouvir leur désir de « bien cacher la pièce » puisque c’est celle qui leur inspire le plus de maîtrise dans le choix.
En effet, dans l’état d’esprit dans lequel ils sont, ils vont avoir tendance à voir simplement la binarité du choix, le paramètre de « main dominante » est occultée de leur champs de vision.

En poursuivant la logique, s’il y a un deuxième coup, par esprit de constance, que la pièce ait été trouvée au premier tour ou pas, ils vont avoir tendance à remettre la pièce dans la même main.
S’il y a un troisième coup, alors ils vont généralement changer de main s’il y a eu au moins UN échec dans les deux premiers. Si la pièce avait été trouvée dans les deux premiers tours, la personne restera peut-être sur son choix initial dans cette volonté de réussir au moins une fois, de donner raison enfin à son choix, et dans cette sensation de changement trop prévisible.
Bien sûr dans cette situation la personne portera d’autant plus son attention sur la pièce, car l’enjeu sera d’autant plus grand pour elle, et au plus elle y porte d’attention au plus son langage corporel sera à même de la trahir, donc cherchez à nouveau à appliquer les deux premières astuces !
Il faut réadapter les solutions à chaque contexte.

Astuce 5 : S’il vous est possible de demander à ce que la personne qui cache la pièce ferme les yeux, alors sollicitez là par des questions simples et stimulantes, avant de lui suggérer de porter attention mentalement sur la pièce comme si elle devenait brûlante. Vous verrez alors facilement le mouvement de ses yeux à travers ses paupières, sans qu’il ne s’en rende compte (puisqu’il a les yeux fermés), qui se dirigeront naturellement vers la main contenant la pièce.

Astuce 6 : On s’écarte un peu du jeu initial mais il vous est possible de faire ce même jeu avec une pièce, cette fois, imaginaire. Demandez à la personne de vous tendre ses deux bras, et d’imaginer mentalement une pièce dans l’une de ses deux mains.
De manière visuelle vous ne pourrez rien voir, en revanche en tenant ses poignets si vous arrivez à prendre discrètement son pouls, vous sentirez une accélération de ce dernier au niveau de la main choisie mentalement.

Astuce 7 : Dernier petit tour de passe-passe, s’il existe un public vous pourrez vous tourner et inventer une petite mise en scène, comme si vous cherchiez naturellement à ce qu’il soit prouver que le jeu n’est pas truqué, vous demanderez à la personne qui cache la pièce de bien montrer la main où se trouve la pièce en la levant distinctement aux yeux du public, n’hésitez pas à étoffer le discours pendant qu’il le réalise afin de garder sa main contenant la pièce le plus longtemps possible en l’air.
Lorsque c’est fait, vous pourrez déterminer où se trouve la pièce simplement en observant la différence de teinte de ses deux mains ainsi que le gonflement des veines. En effet, la main levée aura vu son sang descendre et présentera une teinte plus claire ainsi que des veines moins apparente, c’est là que se trouvera notre pièce !

Je vous laisse à présent tester, sachez que les 4 premières astuces sont largement suffisantes pour un taux de réussite à plus de 90%, le risque 0 n’existant pas. Vous constaterez par ailleurs, qu’il peut être très facile de le déceler chez certaines personnes comme très difficilement chez d’autres, mais ne ménagez pas vos efforts, car à force d’entraînement vous pourrez être presque sûr d’avoir l’initiative à chaque fois que la situation se présentera à vous.

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus